Les principaux acteurs

Le commissaire aux langues – enquête sur les allégations de violation aux droits linguistiques de la part d’institutions territoriales, de municipalités et d’organismes du secteur privé du Nunavut; assure le suivi et fournit des avis concernant le respect des lois linguistiques par les institutions territoriales, les municipalités et les organismes du secteur privé du Nunavut; et défend et fait valoir les droits linguistiques des résidents du Nunavut.

Le ministre des Langues – fait la promotion du statut égal des langues officielles; adopte des mesures afin de protéger et revitaliser la langue inuit; élabore en consultation avec les institutions territoriales et les municipalités un plan d’ensemble visant la mise en œuvre de la législation linguistique; coordonne le suivi, la gestion et l’évaluation de l’application des lois linguistiques par les institutions territoires et produit à ce sujet un rapport annuel déposé à l’Assemblée législative.

L’Inuit Uqausinginnik Taiguusiliuqtiit (Office de la langue inuit) – élabore de la terminologie ou des expressions normalisées en langue inuit afin d’accroître l’efficacité des communications entre les Nunavummiut; élabore et publie les niveaux de compétence ou les normes d’usage ou d’exactitude de la langue inuit; entreprend et supervise des recherches afin de consigner et préserver la terminologie y compris les dialectes et les expressions traditionnelles; et aide les entreprises et d’autres organismes à offrir des services de qualité en langue inuit au public.

Le commissaire aux langues officielles du Canada – mène des enquêtes au sujet de la violation des droits linguistiques auprès des institutions fédérales du secteur public; assure le suivi et fournit des avis concernant le respect de la Loi canadienne sur les langues officielles par des institutions fédérales du secteur public et les sociétés d’État assujetties à cette loi; et défend et fait valoir les droits linguistiques des anglophones et des francophones.